Droit aérien : l’indemnisation des Français explose

Depuis les six premiers mois de cette année 2018, l’indemnisation des Français face aux problèmes survenus dans les aéroports n’a cessé d’évoluer et la facture est conséquente puisqu’elle dépasse 353 millions d’euros contre 149 millions au premier semestre de 2017. De nombreuses perturbations qui ne semblent pas vouloir s’arrêter de si tôt, compte tenu des nombreuses décisions prises par les aéroports et la montée croissante des prix des vols.

Des perturbations en constante évolution

Entre les grèves, les annulations, les retards… C’est une année chaotique pour le transport aérien français et pour les passagers lésés qui estiment avoir de nombreux droits à l’indemnisation. Depuis les six premiers mois de l’année, on répertorie plus de 1,02 million de passagers français qui ont subi un retard, une annulation ou une surréservation. Ainsi, ces derniers sont de plus en plus nombreux à réclamer leurs droits et leurs indemnisations auprès d’entreprises compétentes. Ce chaos leur a ainsi donné le droit à plus de 353 millions d’indemnisations, ce qui représente 204 millions de plus qu’au premier semestre de 2017.

La loi européenne EC261 considère des indemnisations pour des retards de plus de trois heures, une annulation de vol… 60% des passagers français sont donc concernés par ces problèmes depuis le début de l’année.

Les causes de ces perturbations

Cette conjonction s’expliquerait selon divers facteurs, dont l’augmentation des prix due à la hausse croissante du prix du carburant, une pénurie internationale de pilotes sur le territoire français, des capacités aéroportuaires qui deviennent insuffisantes, mais aussi une recrudescence de vols et de dégradations malgré la hausse des effectifs d’agents de sécurité. Les nombreuses formations dans le domaine, notamment la formation asa d’Hubsafe Training, ne sembleraient effectivement pas suffisantes à contrôler l’intégralité des passagers et de leurs bagages. En bref, tous ces vecteurs mèneraient à de nombreuses grèves, qui seraient la cause de ces fortes perturbations.

La justice favorable aux demandes des passagers

Cette augmentation des indemnisations s’explique également par une justice de plus en plus clémente quant aux perturbations aériennes. La Cour de justice de l’Union européenne a jugé que les compagnies doivent être tenues responsables de ces nombreuses grèves. Tout comme les correspondances manquées qui sont la cause d’une mauvaise organisation dans les aéroports.

La question que l’on vient alors à se poser concerne l’amélioration au second semestre ou une détérioration progressive aéroportuaire. Il est difficile d’imaginer un retour à la normale étant donné que les compagnies souhaitent déjà augmenter les prix des billets afin de couvrir ces nombreuses pertes. C’est donc sans surprise qu’on imagine d’importantes perturbations pour la période estivale. D’ici quelques années, voyager va-t-il devenir un mouvement réservé à une élite de Français ?

LEAVE A REPLY